• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 29 décembre 2009

LEGENDE du NOUVEL AN …

Posté par ALAIN le 29 décembre 2009

voir l'image en taille réelle

                                              Il y avait dans l’antiquité un animal étrange et particulièrement féroce avec des cornes sur la tête. La veille du Nouvel An, il pouvait sortir de la mer, des bois ou descendre des montagnes pour dévorer le bétail et les gens. Chaque année, les villageois emmenaient les vieillards et les enfants hors du village pour fuir la férocité de l’animal.

                                    Une veille de Nouvel An, un mendiant âgé arrive dans le village, une canne à la main, un sac à l’épaule, à la barbe blanche et aux yeux brillants. Une vieille femme tente de le persuader de fuir. Le vieux monsieur éclate de rire, la main à la barbe, lui dit : « Si Madame me permet de rester une nuit chez elle, je chasserais l’animal ! « 

                                    A minuit, l’animal entre dans le village. S’apercevant que la maison de la vieille dame est particulièrement éclairée, l’animal se jette sur la maison en poussant un cri sauvage. Mais tout autour de la porte, il voit qu’on y a collé des papiers rouges et tout à coup des pétards éclatent. L’animal se sauve à toutes jambes. En effet, il a peur du rouge, des flammes et des détonations.

                                   Désormais, une fois la veille du Nouvel An, toutes les familles collent des papiers rouges à leur porte, tirent des pétards et des feux d’artifices, allument des bougies toute la nuit et restent éveillés jusqu’au lever du soleil. 

                                   Depuis, au petit matin du 1er Janvier, on va se souhaiter la Bonne Année dans les familles.

ARSENE GRISALI   

Publié dans FAMILLE, LEGENDES | 12 Commentaires »

Les NUITS et le JOUR …

Posté par ALAIN le 29 décembre 2009

voir l'image en taille réelle

                                      Les nuits toutes ensemble se rejoignent

                                      Comme une belle ronde

                                      Comme une belle danse se joignent

                                      Des nuits qui se tiennent par la main

                                      Se rejoignent

                                      Se joignent par-dessus les bords du jour

                                      Se tendent les mains

                                      Par-dessus le jour, font une chaîne

                                      Et plus qu’une chaîne

                                      Une ronde, une danse

                                      Les nuits se prennent la main

                                      Par-dessus le jour, du matin au soir

                                      Se penchant l’une vers l’autre

                                      Celle qui descend du jour précédent

                                      Se penche en arrière

                                      Celle qui monte du jour suivant

                                      Se penche en avant

                                      Et les deux se joignent

                                      Joignent leurs mains

                                      Par-dessus les bords du jour

                                      Et toutes ensemble, ainsi se tenant la main

                                      Débordant par-dessus les bords

                                      Ensemble forment la nuit et les jours

                                      C’est la nuit qui est ma grande muraille noire

                                      Où le jour ne s’ouvre que comme une fenêtre

                                      D’une inquiétante et vacillante lumière

                                      C’est la nuit qui est continue

                                      C’est la nuit qui est le tissu du temps

                                      La réserve de l’être

                                      Le jour ne s’ouvre que comme une fenêtre

                                      Mais il a beau faire

                                      Il baigne dans la nuit

                                      Comme en pleine mer, en plein dans la nuit

                                      Le jour baigne en pleine nuit

ARSENE GRISALI    

Publié dans LEGENDES, POEMES, REFLEXIONS | 9 Commentaires »

 

gunn |
BIANKOUMA |
Ma ptiite viie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | viragedubleu
| information
| adelis